mardi 10 avril 2018

Mauvaises herbes ou mauvaises herbes ?, telle est la question

Le week-end passé, nous avons eu ENFIN de belles journées printanières. Alors, pour l'occasion, nous avons été des plus classiques : tonte de la pelouse et désherbage parcimonieux.
Quoi ?, me direz-vous, désherbage "parcimonieux" ?
Et oui, car il y a mauvaises herbes et mauvaises herbes, et dans les mauvaises herbes mauvaises herbes, tout n'est pas perdu pour elles.

Je vais tâcher d'être un peu plus claire dans mon raisonnement :

Il y a d'abord les mauvaises herbes, les vraies, les pures, celles pour qui je n'ai rien trouvé de bénéfique, que ce soit pour des tisanes, ou simplement pour de jolies fleurs qui éviteraient que la terre se trouve à nu. Celles-là, hop, dans mon seau.

Résultat d’images pour mauvaises herbes

Ensuite, il y a leurs "cousines" qui elles, même si elles ne m'offrent rien de particulier, offre à mon jardin et mes plates-bandes, des petites fleurs, une protection contre le dessèchement de la terre, et qui plus est, un très bon endroit à vivre pour tous les petits insectes (qui eux, serviront de casse-croûtes aux oiseaux ...). Celles-là, je les garde tant que je n'ai rien à planter à la place.

Résultat d’images pour renouée persicaire

Et puis il y a la catégories des mauvaises herbes, qui ne le sont que par réputation et manque de connaissances. Là-dedans, il y a par exemple les orties, les myosotis, les pâquerettes, les pissenlits, ... et la liste est très longue. Pour celles-ci, je les surveille et leur avenir dépend de mon degré d'intérêt.

Résultat d’images pour pissenlits

En effet, je ne ramasse pas toutes mes "mauvaises herbes qui ne le sont que par réputation". Il y a là aussi certaines subtilités :

Est-ce que j'en ai beaucoup l'utilité ? Si je n'ai pas terminé mes bocaux de tisane, je sais que l'an prochain, j'en cueillerai moins.

Est-ce qu'elles sont dans un lieu "sain" ? Si elles sont trop près de mes voisins, je ne les cueille pas car nous ne partageons pas le même point de vue sur les moyens à utiliser pour enlever les mauvaises herbes ...

Finalement, papoter de "mauvaises herbes", c'est plus sérieux que cela en a l'air. D'ailleurs, cela me donne envie de faire un bon café bien-bien chaud et d'aller voir mes petites protégées dehors ...

Mais avant de couper lien avec les "humains" j'ai une ou deux petites questions : que faites-vous de vos "mauvaises herbes" ? pour quelles utilisations vous sont-elles utiles ?
Je suis très curieuse car cela ne fait que depuis quelques trop peu d'années que je découvre tout ce qui pousse dans mon jardin et j'ai l'impression que je vois de plus en plus de plantes différentes et qu'elles sont toutes de plus en plus intéressantes.
Je me sers de bouquins, d'internet (mais même si je veille au sérieux des sites, que je prends du temps pour recouper mes petites découvertes, je reste quand même toujours un peu sur mes gardes) mais j'aimerai vraiment rencontrer quelqu'un qui s'y connait, un "homme des bois en lien avec la terre", qui me parlerait de la vie de ces petites plantes, de ce qui nous lie. Une personne qui ne vit pas hyper-connecté la semaine pour se déclarer "écolo" le week-end et qui se proclame "coach" car il en a décidé ainsi. Non, non, un humain, un vrai qui vit avec la terre, en harmonie avec elle, pour elle et par elle.
Mais en attendant de faire une telle rencontre, je continuerai mon petit bonhomme de chemin et pour célébrer la présence de ce printemps, je vous offre un petit bouquet fait de fleurs cueillies avant la première tonte de l'année :

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

ps : les trois photos illustrant les mauvaises herbes n'ont pas été prises par mes soins. Vous pouvez trouvez les originaux chez :
chardon des champs : site "gerbeaud" ici
renouée persicaire : site "plantis" ici
fleur de pissenlit : site "à la découverte de la nature" ici

A très bientôt !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire