jeudi 15 juin 2017

Et les poulettes dans tout ça ?

Le poulailler est fini depuis plusieurs semaines et je devais vous parler de mes futures poulettes.
Alors, je m'y mets ce soir parce que sinon, je vais encore me faire dévorer par le quotidien et vous ne saurez rien de mes turpitudes pour trouver des jeunes poulettes bio.

Et oui, savez-vous que c'est un chemin de croix pour trouvez ces petits volatiles ? C'est même une impasse car même en se fiant au très sérieux et très intéressant site de l'Agence bio, pas moyen d'en trouver. J'ai contacté tout ceux pas trop éloignés de notre village, et même si j'ai appris beaucoup de choses, la plus importante est qu'il ne se vend pas de jeunes poules pondeuses bio alors qu'on peut trouver des centaines non bio dans toutes les fermes et même dans les jardineries, avec l'embarras du choix dans la couleur et l'espèce.

Je me suis retrouvée devant plusieurs choix :

- choix n° 1 : prendre des poussins d'un jour non bio et les élever en espérant qu'ils ne soient pas des coqs en devenir car sinon, je pourrais attendre longtemps mes œufs pour nourrir mes petits affamés d'enfants et de mari ... Et quand bien même j'aurai une poulette et un coq, il ne me serait pas possible d'enlever à ma poulette un de ses futurs poussins parce que moi aussi je suis une maman et entre mômans, on ne peut pas faire ça !!! en tous les cas, pour moi ... Et la chance d'avoir deux futures poulettes me semblent un peu trop aléatoire pour prendre le risque.

Donc choix suivant ...

- choix n° 2 : acheter une poule pas bio et la "convertir" mais pendant un certain temps, les œufs ne seront pas bio et vu comme les champs de céréales sont "chimiqués" pour reprendre le terme de Petit Asué, je ne m'y résous pas non plus.

Donc choix suivant ...

- choix n° 3 : connaître un copain, ça on en a tous plus ou moins, qui est fermier, ça j'ai beaucoup mais beaucoup moins, et qui est dans le bio, ça c'est trop demandé, je n'ai pas en stock. Donc personne à qui faire l’aumône de bien vouloir accéder à ma volonté de lui acheter deux de ses "gallus gallus domesticus"...

Donc choix suivant ....

- choix n° 4 : arriver à convaincre un fermier tout gentil trouvé dans le site de l'Agence bio pour rejoindre le choix n° 3 mais malheureusement, il y a un gros hic appelé Vulpes vulpes crucigera ou beaucoup plus vulgairement "renard roux" qui lui a dévoré une partie de ses poulettes ...

Donc choix suivant ....

- choix n° 5 : découvrir après de nombreux appels qu'il existe une solution, LA solution qui semble miraculeuse si on a la patience d'attendre l'automne. Ce sont des poules bio "réformées". Promis, elles ne se sont pas faites renvoyer de l'armée, mais elles ne sont plus jeunes-jeunes mais juste jeunes et sont potentiellement pressenties pour non pas se diriger au peloton d'exécution mais à la casserole de la ménagère. Alors là, c'est tout gagnant pour la poulette et pour nous : on lui sauve la vie, elle nous sauve de dénutrition, et même le porte-monnaie y gagne car elles sont bien moins chères que les autres poulettes même non bio.

Alors, voilà. Tout ça pour vous dire que nous avons enfin la possibilité d'avoir deux habitantes plus ou moins volantes à l'automne. J'en suis super ravie parce que franchement, j'ai vraiment peiné pour trouver ce qui me semblait tellement facile au début.

Maintenant, on a commencé à s'attaquer à un autre projet pour mes deux coqs à moi. Une belle cabane en récup que je vous montrerai bientôt.

Mais en attendant, je vais terminer ici car il se fait tard, et je vous souhaite une bonne soirée parce que moi, je vais me coucher comme les poules !
A bientôt !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire