mardi 20 juin 2017

De rêves et de papier

Au début, le titre de ce livre avait dû mal à trouver une résonance en moi, je ne le comprenais pas. Je restais coincée à essayer de voir ce qui pouvait bien se cacher derrière et c'est le sous-titre qui a été le déclic pour l'emprunter.


Je l'ai lu une fois, et je vais le relire une deuxième fois peut-être. Sûrement même. J'ai commencé depuis un autre livre, sur la grande famine de 1845 en Irlande, mais il est trop didactique pour mon esprit encombré de ces dernières semaines.
Alors, je vais me replonger dans ces tranches de vies qui même si elles sont loin d'être les plus rêvées, sont belles et bien vivantes. L'auteure, Rozenn Le Berre a écrit ce livre et c'était son tout premier mais elle a une jolie plume, ses mots se posent délicatement, comme un papillon le ferait sur une fleur à la tige fragile. Il n'y a pas de misérabilisme, pas de constat froid et distant, juste des rencontres qu'elle partage avec nous. La vie quoi, la vie brute, celle qu'on tente constamment d'éviter de rencontrer en se cachant derrière nos préjugés, nos a-priori et nos vies bien rangées.
Ces jeunes migrants m'ont touché. Je veux vous en parler mais je crois que je vais attendre de le relire pour bien m'imprégner d'eux, pour assimiler et intégrer et ensuite revenir vers vous avec des idées plus posées.
En plus, ce matin, un triste événement près de Calais, me rappelait que derrières les mots "Érythréens", "migrants", il y a des être humains avec une histoire et des bagages qui ne tiennent pas dans leur petit sac, il y a des vies abandonnées au bout du monde pour l'espoir d'une nouvelle vie.
Mais cette nuit, juste avant le petit matin, l'effet papillon a fait que la misère à 5 000 km a endeuillé une famille à 1 700 km, en Pologne.
Mon esprit fatigué par des longues journées et une chaleur accablante aligne mal les mots mais j'avais envie de vous parler de ce bouquin.
Je vous dis à bientôt et restez à l'ombre !

jeudi 15 juin 2017

Et les poulettes dans tout ça ?

Le poulailler est fini depuis plusieurs semaines et je devais vous parler de mes futures poulettes.
Alors, je m'y mets ce soir parce que sinon, je vais encore me faire dévorer par le quotidien et vous ne saurez rien de mes turpitudes pour trouver des jeunes poulettes bio.

Et oui, savez-vous que c'est un chemin de croix pour trouvez ces petits volatiles ? C'est même une impasse car même en se fiant au très sérieux et très intéressant site de l'Agence bio, pas moyen d'en trouver. J'ai contacté tout ceux pas trop éloignés de notre village, et même si j'ai appris beaucoup de choses, la plus importante est qu'il ne se vend pas de jeunes poules pondeuses bio alors qu'on peut trouver des centaines non bio dans toutes les fermes et même dans les jardineries, avec l'embarras du choix dans la couleur et l'espèce.

Je me suis retrouvée devant plusieurs choix :

- choix n° 1 : prendre des poussins d'un jour non bio et les élever en espérant qu'ils ne soient pas des coqs en devenir car sinon, je pourrais attendre longtemps mes œufs pour nourrir mes petits affamés d'enfants et de mari ... Et quand bien même j'aurai une poulette et un coq, il ne me serait pas possible d'enlever à ma poulette un de ses futurs poussins parce que moi aussi je suis une maman et entre mômans, on ne peut pas faire ça !!! en tous les cas, pour moi ... Et la chance d'avoir deux futures poulettes me semblent un peu trop aléatoire pour prendre le risque.

Donc choix suivant ...

- choix n° 2 : acheter une poule pas bio et la "convertir" mais pendant un certain temps, les œufs ne seront pas bio et vu comme les champs de céréales sont "chimiqués" pour reprendre le terme de Petit Asué, je ne m'y résous pas non plus.

Donc choix suivant ...

- choix n° 3 : connaître un copain, ça on en a tous plus ou moins, qui est fermier, ça j'ai beaucoup mais beaucoup moins, et qui est dans le bio, ça c'est trop demandé, je n'ai pas en stock. Donc personne à qui faire l’aumône de bien vouloir accéder à ma volonté de lui acheter deux de ses "gallus gallus domesticus"...

Donc choix suivant ....

- choix n° 4 : arriver à convaincre un fermier tout gentil trouvé dans le site de l'Agence bio pour rejoindre le choix n° 3 mais malheureusement, il y a un gros hic appelé Vulpes vulpes crucigera ou beaucoup plus vulgairement "renard roux" qui lui a dévoré une partie de ses poulettes ...

Donc choix suivant ....

- choix n° 5 : découvrir après de nombreux appels qu'il existe une solution, LA solution qui semble miraculeuse si on a la patience d'attendre l'automne. Ce sont des poules bio "réformées". Promis, elles ne se sont pas faites renvoyer de l'armée, mais elles ne sont plus jeunes-jeunes mais juste jeunes et sont potentiellement pressenties pour non pas se diriger au peloton d'exécution mais à la casserole de la ménagère. Alors là, c'est tout gagnant pour la poulette et pour nous : on lui sauve la vie, elle nous sauve de dénutrition, et même le porte-monnaie y gagne car elles sont bien moins chères que les autres poulettes même non bio.

Alors, voilà. Tout ça pour vous dire que nous avons enfin la possibilité d'avoir deux habitantes plus ou moins volantes à l'automne. J'en suis super ravie parce que franchement, j'ai vraiment peiné pour trouver ce qui me semblait tellement facile au début.

Maintenant, on a commencé à s'attaquer à un autre projet pour mes deux coqs à moi. Une belle cabane en récup que je vous montrerai bientôt.

Mais en attendant, je vais terminer ici car il se fait tard, et je vous souhaite une bonne soirée parce que moi, je vais me coucher comme les poules !
A bientôt !

samedi 10 juin 2017

Un petit bouquet pour vous

Je devais vous écrire pour parler poulettes, mais le quotidien en a jugé autrement. La semaine qui se termine a eu son lot d'imprévus empêcheurs de tourner en rond : un petit coucou au service des urgences pédiatriques pour Grand Asué (heureusement pour rien de grave), un Petit Asué qui tombe malade et un Monsieur Asué qui a un accident de la route. Mais là aussi, énormément de chances car sa bonne étoile a veillé à ce qu'il n'ait rien du tout. Par contre, la bonne étoile de la voiture avait dû partir en vacances, parce que c'est de la bouillie, ou du bloubi-boulga, selon l'humeur qu'on peut avoir au moment de la nommer ... Cela faisait un mois qu'on l'avait, un mois tout pile, jour pour jour et quasiment heure pour heure (à une demie-heure près seulement !). Son achat avait été un gros imprévu budgétaire et voilà que maintenant, nous devons en racheter une autre.

Et toute cette explication pour vous offrir un bouquet de fleurs. Vous ne voyez peut-être pas le lien mais pourtant il y en a un et j'avais envie d'écrire ce post depuis jeudi.
Ce soir-là, j'ai eu besoin de me retrouver, seule dans le jardin, dans le silence pour que mon "intérieur" puisse enfin s'apaiser un peu. Et là, j'ai commencé à chercher du regard des fleurs, et cueillir m'a fait du bien. Un bien fou, un de ces petits biens tout légers mais pourtant suffisamment forts et particulièrement importants dans ces moments-là.

Alors, le voici mon petit bouquet. Il ne paye pas de mine, mais il me fait du bien. Alors, si vous avez besoin d'un peu de douceur, d'une petite pause dans ce qui semble être un engrenage sans fin, prenez-le, je vous l'offre. Je vous envoie ces petits brins de fragilité avec toute ma tendresse.

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

mardi 30 mai 2017

Peinture du poulailler - épisode 3

Me revoilà avec les dernières photos prises ce week-end.
Nous avons apporté les derniers détails et malgré les difficultés rencontrées, malgré tout ce qu'on aurait fait différemment et forcément mieux dans notre imagination, nous sommes tous les quatre contents du résultat.

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com
 
propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Sur le côté droit, un peu caché par un gros houx fort piquant, là où les enfants finissaient les pots de peinture, j'ai rajouté un petit-grand encart :

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Pour la petite anecdote familiale, avec Petit Asué, on s'est un peu trompé dans les dates et pour éviter les ratures, on a dû improviser ...

Maintenant, il ne reste qu'à vider le poulailler, à fignoler les détails intérieurs et monter la clôture.
Je pensais que nous avions fait le plus difficile mais l'aventure continue car il semblerait que ce n'est pas aussi facile que cela en a l'air de trouver des poules pondeuses bio.
Mais ça, c'est une autre histoire que je vous conterai dans un autre article.

Pour le moment, je vous souhaite une imagination à égayer l'ordinaire.
A bientôt !

jeudi 25 mai 2017

Peinture du poulailler - épisode 2

Me revoilà en cette belle matinée ensoleillée pour vous montrer la suite de notre deuxième session peinture :

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Je vous rassure, ce n'est pas encore fini mais nous avions passé l'après-midi et il était temps de rentrer pour préparer le repas de mes petits et grands affamés.

Concernant la dernière photo, je suppose que vous avez deviné qu'il s'agissait de moutons et je tenais à préciser que je me suis inspirée du très beau et bon livre "la grève des moutons" de Jean-François Dumont


L'histoire est mignonne à croquer et les illustrations sont tout simplement magnifiques.

Cet après-midi, pendant que Grand Asué sera à l'anniversaire d'un copain et avant une belle soirée avec des amis, je vais continuer à peindre car il y a encore beaucoup de travail à faire ; essentiellement des détails, mais je pense que ça pourrait me prendre plus de temps que je l'imagine car une idée amène une autre idée, enjolivée par un détail qui va conduire inexorablement vers un autre coup de pinceau et ça continuera encore et encore ... jusqu'à ce que le téléphone sonne pour nous dire que ce serait temps de venir déguster de bonnes pizzas et des glaces bien gourmandes ...

Alors, je vais vous laisser car je n'ai pas encore fini de faire les corvées du matin et je vous souhaite des détails, beaucoup de détails qui font que c'est ça la beauté d'un moment.
A bientôt ! 

mercredi 24 mai 2017

Peinture du poulailler - épisode 1

Bonjour !
Il est 5 h 25 du matin et cela fait déjà une demie heure que je suis debout. Alors, je peux dire sans exagérer que je me suis levée dès les poules ! Et ça, c'est soit une jolie transition soit une mignonne petite coïncidence pour vous montrer les photos que j'ai prise quand on a commencé à peindre le poulailler il y a près de deux semaines.
J'ai tardé un peu à vous les montrer car je souhaitais que les articles postés soient assez près les uns des autres, et je pense que d'ici la fin de la semaine, il devrait être prêt à accueillir nos futures poulettes.

Alors, voici ce que nous avons fait le premier jour de peinture :

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Uniquement les fonds en fait et le blanc de deux animaux. Vous les reconnaissez ? Ils n'ont rien à voir avec le poulailler en lui-même mais j'avais laissé libre choix à Petit Asué pour m'aider à le décorer. Il avait aussi choisi des ânes, des moufettes (son animal préféré bien que nous n'en ayons pas dans notre pays) et aussi un kangourou mais j'ai dû restreindre la quantité car le bois étant rugueux et difficile à peindre, je pensais que des petits animaux seraient "illisibles". Mais je garde l'idée et j'espère pouvoir glisser dans le décor, au loin, les silhouettes de ces fameux animaux ...

Nous avons mélanger les pigments à de la peinture blanche, mais ce sont des pigments "pastels" et la couleur des pigments étaient si marquée que je pensais que ce serait beaucoup plus "éclatant". Mais au final, j'aime beaucoup.

Je vous montre que ces deux côtés,car le dos est recouvert d'une tôle blanche pour mieux l'isoler des intempéries et le troisième côté (qu'on aperçoit d'ailleurs sur la première photo) est tout près d'un gros houx, donc très peu regardable alors les garçons s'en servent pour finir les pots de peinture et s'amuser à imaginer des motifs.

Voilà, j'espère vous montrer ce que nous avons fait ce dimanche d'ici demain ou après-demain, tout dépend de la dispo de l'ordinateur et du temps que j'arriverai à grappiller car personnellement, entre vous et moi, j'espère bien ne pas avoir à me lever de nouveau à cette heure ... comment dire ... si matinale !

Mais en attendant, je vous souhaite une bonne journée pleine de promesses et de possibilités. A bientôt !

mardi 16 mai 2017

Peinture à la farine

Bientôt, nous allons accueillir deux poulettes dans notre jardin, et l'année dernière, les garçons ont construit un poulailler avec l'aide de leur papa. Entièrement en matériau de récup, il a trouvé sa place au fond du potager.

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Mais tout l'hiver, cette petite maisonnette pour poule m'a narguée, m'a montré sans vergogne aucune sa pâleur et sa tristesse. Elle était là mais elle me semblait attendre quelque chose. Alors avec l'imagination de mon Petit Asué et l'air dubitatif de Grand Asué, nous avons eu l'idée d'imaginer un décor pour l'égailler et ainsi les poules pourraient venir pour Pâques en même temps que leurs délicieuses copines en chocolat.

Mais c'est là, que mon histoire vire à la petite catastrophe.
Au prix des pots de peinture respectueuses de l'environnement, je me suis tournée vers l'option peinture maison à base de farine. J'ai trouvé des articles intéressants avec des recettes qui me semblaient un peu toutes similaires et voici le résultat :

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

L'huile de lin étant jaune, le bleu désiré était finalement une sorte de bleu lavande. Un peu déçue car je souhaitais des couleurs beaucoup plus vives et marquées, je me suis dit que tant que les autres teintes seraient en harmonie, pourquoi pas ...
Mais là, rebelote, consistance crème pâtissière, et impossibilité d'étaler, sans préciser que la couleur était quasiment inexistante après application :

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Là, grosse déception mais devant les enfants, envie de montrer qu'il y a toujours une solution. Alors, on s'est rabattu pour l'achat d'un pot de peinture blanche, simple, respectueuse de la nature et du porte-monnaie et comme on a les pigments, on va faire nous même nos mélanges et tenter demain un atelier-peinture pour rendre ce poulailler digne de nos futures invitées.
Les croquis sont faits, à l'échelle et il ne reste plus qu'espérer que le temps s'y prête un peu, car là aussi, franchement, on a manqué de chance.
Je vous montrerai des photos peut-être pendant, peut-être une fois fini, cela dépendra de mon rythme d'avancée. Mais avant de clore cet article, j'ai une petite question : avez-vous déjà tenté la peinture à la farine ? et autre petite question subsidiaire : quels étaient les résultats ?
N'hésitez pas, je serai preneuse de vos expériences car l'idée me tenait vraiment à cœur ...

En attendant, je vous souhaite une belle journée colorée. A bientôt !