jeudi 10 août 2017

Des sacs de billes

Je ne sais pas comment c'était chez vous, mais avant les vacances scolaires, à l'école de Petit Asué, c'était billes à toutes les récrés pour les garçons et mêmes les filles. Ils jouaient avec beaucoup de sérieux, s'échangeant les "chinoises", les "tigres" ou cherchant à gagner les fameux calots comme dans notre propre enfance ... C'était vraiment sympa de les voir tous à quatre pattes par terre, ne voyant plus les adultes hormis comme des obstacles à leurs lancés, un peu comme des poteaux mouvants en somme ....

Alors j'ai cousu des sacs de billes pour Petit Asué. Cela avait commencé avec un petit suffisamment grand pour y mettre assez de billes et suffisamment petit pour pouvoir tenir dans la poche de son bermuda. Mais comme il se salissait vite et qu'il devenait parfois trop petit les jours de chance, j'en ai refait un deuxième. Le tissu de départ ? un pantalon devenu trop petit, rapiécé et inexorablement voué à une mort certaine. Le lien ? un bout de laine qui restait de son pull ou de son bonnet, ou de son snood ... J'ai pensé qu'en faisant des coutures anglaises, ce serait plus joli et aussi plus solide et cela a été plutôt rapide à coudre même à la main. Et j'ai rajouté des broderies en laine pour faire "comme des billes, s'il te plait maman !".

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Et puis, comme son grand frère lui offrait encore des billes pour son anniversaire, j'ai eu l'idée de lui offrir un cadeau maison à cette occasion, un autre sac, mais cette fois-ci plus grand pour y ranger ses petites réserves et d'autres trésors éventuels.
Là, j'ai utilisé une vieille chemise que j'avais depuis ... 20 ans et qui se déchirait au niveau des broderies et comme ce vieux tissu me paraissait un peu trop fragile, j'ai fait une doublure avec du drap. Mais en cours de réalisation, j'ai crains de ne pas avoir assez de tissu alors en quatrième vitesse j'ai fais des rajouts sur le tissu extérieur et je trouve que finalement, le rattrapage ne se voit pas trop ...
Qu'en pensez-vous ?

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Là, Petit Asué, vous montre sa réserve et sa poche intérieure que je lui ai cousu pour y mettre sa ou ses billes préférées. En fait, c'est la poche de la chemise que j'ai tout simplement décousu et recousu ici ...

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Il était vraiment content de ce cadeau et m'avait passé ensuite commande pour pouvoir en offrir un à son copain qui fêtait son anniversaire. Mais, je l'ai fait plus petit et sans doublure intérieure car je manquais sérieusement de temps (un autre projet en cours commençait à perdre patience ...).

Pour faire les petits sacs tout simple avec la coulisse, je me suis laissée guidée par un très bon tuto vidéo en français. Je vous mets le lien au cas où vous voudriez parfaire vos bases en coutre : lien.

J'ai fais d'autres projets de couture mais j'attends la fin de la série pour vous montrer. Je suis assez lente car le temps file vite.

Bon, je dois terminer mon article car Petit Asué attend avec impatience que je prépare le goûter. Alors, à bientôt !

dimanche 6 août 2017

Se faire pardonner

Hier, Petit Asué a dit des mots, des mots pas très gentils, des mots qui sont sortis trop vite, tellement vite qu'ils n'étaient pas passés par son cœur et dès qu'ils étaient sortis les vilains, ils les a regrettés mais c'était trop tard, ils avaient fait leurs œuvres.

Alors, il s'est isolé et je l'ai laissé car je sais qu'il en a un besoin vital de cette solitude avec lui-même ; pour se calmer et aussi pour poser les choses. Il s'est replié à l'atelier, et je l'ai revu par la suite, assis au milieu de la pelouse, s'affairant avec une de ces concentrations qui font tirer la langue. J'avais un œil sur lui quand même mais je ne voulais pas qu'il sente ma présence pour qu'il puisse n'être qu'avec lui-même.

Et un peu de temps après, il est venu me voir à la cuisine avec des yeux remplis de belles choses et m'a dit : "ferme les yeux et tends les mains". Je lui ai répondu "mais tu vas me faire pleurer ..." car c'est de tradition que je pleure d'émotion à chaque cadeau de mes petiots. Et là, voilà ce qu'il a mis dans mes mains :

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Un dessous de mug en bois qu'il a scié dans une planche de récup dénichée dans l'atelier de M. Asué et il s'était amusé à graver un joli petit cœur.

J'étais émerveillée par ce qu'il avait fait ; ce n'était pas seulement une création, c'était le reflet de sa réflexion, la compréhension que même des paroles ont des conséquences ; et finalement, fabriquer quelque chose, y réfléchir, s'y appliquer c'est déjà un "pardon". C'est même peut-être plus, parce que parfois un "pardon", on peut le dire sans trop y penser et ça ne prend pas beaucoup de temps mais là, il en a passé du temps, de la concentration et son petit regard dans cet instant où il m'a offert son pardon était pétri d'excuses.

Voilà, je voulais juste partager cette réflexion sur le pardon avec vous.
A bientôt

vendredi 4 août 2017

Retour de vacances

Coucou, me revoilà !
Nous sommes revenus de vacances samedi dernier mais reprendre le rythme de la vie à la maison m'est toujours un peu long, un peu comme si j'émergeais le matin ...
Mais me voici aujourd'hui, et je voulais partager avec vous quelques photos de vacances :

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

C'est une villa que j'ai trouvé magnifique, sur le bord de la plage. C'était lors du premier jour, et comme nous étions en avance pour prendre la location, j'ai emmené ma petite famille voir la mer. Elle était un peu déchaînée, les vagues nous envoyaient les embruns et tous les tons de gris me plaisaient encore plus que si la mer avait été calme et la plage ensoleillée ... Vive le mauvais temps ! Nous y avons pris un petit goûter et franchement, qu'est-ce que c'était bon ... Un bon café ni trop fort ni trop chaud, un délicieux chausson aux pommes et là, voilà, c'est ça des vacances réussies ! C'est simple non ?

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Vous voyez du soleil sur les capuches de mes garçons ? Bravo, mais si vous regardez de plus près, vous apercevrez des gouttes d'eau qui éclaboussent la surface du marais ! et oui, le temps n'était pas celui rêvé par la majorité des touristes, mais nous, nous ne sommes que quatre, donc pas la majorité, donc super contents de ce temps qui a éloigné les touristes de ces marais. C'était une balade sereine et apaisante, et rien qu'en regardant la photo, je me souviens de ce calme, de ce faux-silence rempli des incessants plocs-plocs de la pluie sur l'eau, sur les feuilles, sur les branches. C'est un moment que j'ai pris en moi, une petite boîte qui pourra s'ouvrir pour m'isoler du quotidien souvent trop tourbillonnant pour moi ...

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Ah là, les rochers semblent secs ... donc pas de pluie, n'est ce pas ? Oui, lors de la photo de l'après-midi, pas de pluie, mais le matin a été béni par les nuages de pluie ce qui fait que la rivière nous appartenait. Les enfants attendaient ce retour dans ce lieu depuis un an, et avaient imaginé s'y construire des radeaux, des barrages et on y a passé encore de beaux moments. C'est un lieu difficile à trouver mais bizarrement, dès qu'il fait beau, il est rempli de monde, à croire que peut-être ça vient de nous et de notre tradition familiale de se perdre ...

Voilà, c'est un petit échantillon de nos vacances, certes probablement pas très "touristique" ou "carte postale" mais voilà, nous avions tellement besoin de cette nature, simple, vraie, et ressourçante. Chacun avait ses propres raisons et nous avons fait de cette semaine une parenthèse enchanteresse.

Je vous espère des moments aussi enrichissants et aussi importants dans le chœur de la famille.
A très bientôt !


mercredi 12 juillet 2017

Cataplasme anti-moustique

Grand Asué est un bon garçon ... et les moustiques prennent cette qualité au premier degré. Ils le dévorent chaque fois qu'ils le peuvent et le problème est qu'il y est allergique. Il fait des œdèmes et sa peau gonfle ; il souffre parfois beaucoup car si c'est au niveau des doigts, ça devient vraiment douloureux tellement il se sent comprimé à l'intérieur de sa chair.
L'huile essentielle de menthe poivrée le soulage, le "pic-pic" aussi mais hier soir, j'ai trouvé mieux.

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

C'est le cataplasme au bicarbonate de soude. Très simple et très efficace.
Très simple car c'est uniquement du bicarbonate de soude mélangé avec suffisamment d'eau pour en faire une pâte.
Très efficace car après, il n'avait plus la peau rouge et chaude et il s'est senti réellement apaisé. Le gonflement n'avait plus rien à voir avec ce qu'il était avant ce cataplasme. Son soulagement se voyait sur son visage et je me suis dit qu'il fallait vraiment que je vous donne cette petite astuce.
Ce matin, j'ai dû lui en refaire un autre sur une autre piqûre et rebelote. Dès que le cataplasme sèche et se défait, il se rince et hop, plus rien.
Alors voilà, si vous avez des piqûres d'insectes vraiment dérangeantes ou propices à l’œdème, peut-être que vous pourriez tenter ... car c'est franchement plus efficace que les crèmes du commerce dont d'ailleurs je me méfie du point de vue de la composition et de l'efficacité douteuse.
En attendant, je vous souhaite une belle journée sans piqûre et n'hésitez pas à me dire si vous avez tenté cette petite astuce.
A bientôt !

samedi 8 juillet 2017

Offrir des fleurs

Depuis quelques semaines, je passe beaucoup de temps au jardin, et j'ai eu une petite idée : et si je vous offrais des fleurs ? ou plus pratiquement parlant des graines de fleurs ?
Nous avons beaucoup de lupins, essentiellement dans les teintes de rose et de violet et chaque année, nous avons de nouveaux pieds.

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Pour la petite histoire, les graines originelles m'ont été offertes par le papa de M. Asué et en quelques années, elles se sont ressemées toutes seules.
Ces fleurs sont vraiment jolies, plaisent beaucoup aux abeilles, comme vous pouvez le voir sur les photos, et les lapins en raffolent : il y a deux ans à peu près, le soir, nous avions surpris des petits lapins, debout sur leurs pattes arrières en train de grignoter ; ça semblait rudement leur plaire !

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

J'ai beaucoup aimé les récolter, les gousses grises et poilues me faisaient penser à un pelage de loup. Je n'en ai jamais vu en vrai mais c'est un peu l'idée que je m'en fais.

Ensuite, je me suis inspirée du net pour trouver des idées de paquets de graines à faire tout simplement avec une feuille de papier et c'est tout, pas de colle ou de scotch avec la nécessité absolue que les graines ne se carapatent pas toutes seules hors du sachet, bien sûr ! J'ai fais un petit montage pour pouvoir y mettre une photo de nos lupins et des petites consignes de base.

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Voilà, ce petit projet me tient à cœur, et c'est avec un grand grand plaisir que j'aimerai vous envoyer ces graines, comme ça, juste pour le plaisir d'offrir.
Que vous soyez en France ou ailleurs dans le monde, n'hésitez pas à me laisser un message par le biais des commentaires et je prendrais contact avec vous pour que vous puissiez me donner votre adresse et ainsi la semaine suivante, vous recevrez un petit bout de mon jardin.
Je répondrai à chacun des mails mais sachez qu'entre le 20 et le 30 juillet, je pars en vacances et je n'emmène ni d'ordinateur (c'est un fixe, alors imaginez la tête de M. Asué si je lui disais que je voulais le prendre ! ...) et je n'ai pas de téléphone portable, donc pas de lecture de messagerie possible. Mais dès mon retour, je rattraperai le temps mis en suspens, ça c'est promis !

Je pense aussi à vous proposer des graines de roses trémières mais ce n'est pas encore la saison de récolte. Là aussi je vous préparerai des sachets si cela vous intéresse.

En attendant, je vous souhaite une journée fleurie.
A bientôt !

dimanche 25 juin 2017

Migrants

Il y a déjà presque une semaine que je vous parlais du bouquin "de rêves et de papiers" et je pensais que je le relirai, et que je reviendrai vous en parler.
Mais finalement, je l'ai rendu, et j'en ai pris d'autres. Parce que l'actualité est plus forte et fait plus mal. Le procès pour les migrants qui ont perdu la vie dans un camion frigorifique il y a déjà deux ans en Autriche a débuté la semaine passée et cet événement m'avait choquée à l'époque. Mais aujourd'hui, c'est encore pire car je peux imaginer des histoires, des familles, des rêves sur ces victimes. Et puis, il y a des questions que je me pose : toutes les familles ont-elles pu être prévenues que celui qui tentait l'aventure n'est plus ? parce que si certains d'entre eux avaient des papiers, en avaient-ils tous ? Je l'espère ...
Ce livre m'a aidé à mieux comprendre et à m'interroger encore plus lorsque le refus de créer des centres d'hébergement, des points d'hygiène et de distribution de nourriture est acté. Comment peut-on aider à améliorer le système de prise en charge des migrants, mineurs ou majeurs ? comment peut-on améliorer la loi pour qu'elle soit plus juste ? comment peut-on humaniser ce drame des migrants pour ne jamais pouvoir s'en accommoder, car c'est une erreur je pense d'utiliser à tout bout de champ les termes génériques "migrants", "exilés", ... on en oublie l'enfant ou l'homme qui a pris la décision oh combien courageuse de quitter sa famille, son monde en traversant des endroits dangereux où il découvre que l'homme est encore plus dur que la rudesse du désert ou l'immensité de la mer, que l'humanité se perd dans certains lieux.
Je me pose des questions encore et encore. Des questions nécessaires : "et moi, que ferais-je si je vivais dans un pays de guerre où l'avenir n'existe pas ? continuerais-je à apprendre à mes enfants comment survivre aux snippers et à la famine ? ou déciderais-je de prendre un risque incalculable mais avec l'espoir d'avoir une vie forcément meilleure ? Ne serais-je pas moi aussi sale avec des vêtements usés après des mois de voyage ? N'aimerais-je pas voir un visage souriant à mon arrivée ? N'aimerais-je pas côtoyer enfin l'humanité ?"
Et je me dis en moi-même que si un jour ma route croise celle d'un migrant, que ce soit sur le quai d'une gare ou sur le bord d'une route, je tenterai de l'aider, à ma manière, comme je peux, mais que je ne détournerai pas le regard, je ne lui tournerai pas le dos. Parce qu'aujourd'hui, c'est lui, c'est eux mais que demain, ce sera peut-être moi, peut-être nous.
Voilà. Voilà mes pensées.
Je termine ce post en vous souhaitant un dimanche d'humanité. D'humanité en offrant un sourire à un inconnu, d'humanité en faisant preuve de compassion devant la différence, d'humanité en souhaitant le meilleur pour l'inconnu que l'on découvre derrière un écran de tv.
A bientôt !

mardi 20 juin 2017

De rêves et de papier

Au début, le titre de ce livre avait dû mal à trouver une résonance en moi, je ne le comprenais pas. Je restais coincée à essayer de voir ce qui pouvait bien se cacher derrière et c'est le sous-titre qui a été le déclic pour l'emprunter.


Je l'ai lu une fois, et je vais le relire une deuxième fois peut-être. Sûrement même. J'ai commencé depuis un autre livre, sur la grande famine de 1845 en Irlande, mais il est trop didactique pour mon esprit encombré de ces dernières semaines.
Alors, je vais me replonger dans ces tranches de vies qui même si elles sont loin d'être les plus rêvées, sont belles et bien vivantes. L'auteure, Rozenn Le Berre a écrit ce livre et c'était son tout premier mais elle a une jolie plume, ses mots se posent délicatement, comme un papillon le ferait sur une fleur à la tige fragile. Il n'y a pas de misérabilisme, pas de constat froid et distant, juste des rencontres qu'elle partage avec nous. La vie quoi, la vie brute, celle qu'on tente constamment d'éviter de rencontrer en se cachant derrière nos préjugés, nos a-priori et nos vies bien rangées.
Ces jeunes migrants m'ont touché. Je veux vous en parler mais je crois que je vais attendre de le relire pour bien m'imprégner d'eux, pour assimiler et intégrer et ensuite revenir vers vous avec des idées plus posées.
En plus, ce matin, un triste événement près de Calais, me rappelait que derrières les mots "Érythréens", "migrants", il y a des être humains avec une histoire et des bagages qui ne tiennent pas dans leur petit sac, il y a des vies abandonnées au bout du monde pour l'espoir d'une nouvelle vie.
Mais cette nuit, juste avant le petit matin, l'effet papillon a fait que la misère à 5 000 km a endeuillé une famille à 1 700 km, en Pologne.
Mon esprit fatigué par des longues journées et une chaleur accablante aligne mal les mots mais j'avais envie de vous parler de ce bouquin.
Je vous dis à bientôt et restez à l'ombre !