mardi 13 novembre 2018

No palm oil

Tout à l'heure, je suis tombée sur une vidéo qui se retrouve interdite en Angleterre et je ne comprends pas pourquoi ...
Moi, je la trouve d'actualité, avec un texte simple et prenant qui plaira aux adultes comme aux enfants. De plus, les dessins sont très beaux et doux.
Je ne comprends pas en quoi elle est jugée "trop politique" et donc non autorisée. Est-ce que c'est pour éviter de se retrouver confronté à sa propre responsabilité ? car il me semble que ce sont les pays occidentaux les plus consommateurs de cette huile de palme et donc, par conséquent, responsables de la destruction de l'habitat de ces singes et de tout leur éco-système abritant aussi de nombreuses autres espèces ? Ces orang-outans sont ce qu'on appelle une espèce parapluie, il me semble.
Alors, je vous invite à cliquer ici pour visionner cette magnifique vidéo, la regarder avec vos enfants, la partager et réfléchir.
A très bientôt !

Je reviens sur cet article pour mettre un lien ici où vous pourrez la visionner avec un sous-titrage en français.
Mais surtout, s'il vous plait, regardez-là en entier, jusqu'au bout ... Merci

figarofr: «Il y a un humain dans ma forêt et je ne sais pas quoi faire», déclare l'orang-outan à la petite fille.
© Capture d'écran YouTube «Il y a un humain dans ma forêt et je ne sais pas quoi faire», déclare l'orang-outan à la petite fille.

jeudi 8 novembre 2018

Des feuilles en automne

Pendant les dernières vacances, j'avais eu l'idée de fabriquer de faux glands pour décorer de vraies branches de chêne et c'est ce que je vous montrais mardi. Mais pendant que je découpais mes petits cercles de tissu, j'ai eu une autre idée : faire de fausses feuilles pour décorer de vrais glands.
Comme je voulais qu'il y ait cohérence entre mes deux projets, j'ai fais en sorte d'utiliser les mêmes tissus même si j'ai rajouté du jean couleur rouille pour les feuilles.

Le projet des glands était très "ludique" à réaliser mais la satisfaction que j'en retirais n'était pas complète car j'avais fais un peu le mouton : je m'étais "appropriée" une idée qui circulait sur le net.

Tandis que là, pour mes petites feuilles, je me suis éclatée à concrétiser une idée qui voletait dans ma caboche. J'adore ce moment où une image "finie" de ce que je veux faire m’apparaît et que je dois imaginer le processus en inverse pour en arriver à cette image. Quel tissu choisir ? du fin, du épais, du qui s'effiloche pas trop vite ? oui mais quoi encore ? la couleur ? ah oui, c'est important, parce qu'il faut que ça aille avec les glands, et puis il faut que ça marche avec la saison, et que ça se coordonne aussi avec les fils ; et le fil ? il faut le ménager ce fil, car les bobines dégotées dans les brocantes, elles sont plutôt rares ; et quelle grosseur ? et puis quel point aussi ? pour faire du volume, pour de la discrétion ? et aussi, il faut penser à l'arrière qui se verra ! et le ciseau ? il ne faut pas l'oublier celui-là non plus, il n'est pas très affûté alors ce serait dommage de tout gâcher parce qu'il préfère effilocher sur les trois quarts de la lame plutôt que de découper délicatement ...
Quelles questions existentielles, n'est-ce pas ? Certains se posent des questions métaphysiques, moi elles sont plus pragmatiques, mais je suis sûre que dans mes moments de réflexion je peux paraître aussi concentrée que ceux qui cherchent des réponses concernant l'existence de l'univers !!!

Alors voici le résultats de mes pérégrinations imaginatives :
le recto d'abord :

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

... et le verso ensuite :

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Pour la forme, j'ai simplement reporté sur une feuille de papier les contours d'une petite feuille de notre chêne. J'ai commencé hier une autre feuille, cette fois-ci de bouleau et j'ai aussi préparé un gabarit pour une de groseillier. J'espère les réussir et pouvoir vous les montrer dans les jours qui viennent.

Mais je bloque sur un truc : qu'en faire après ? une guirlande ? pourquoi pas ... les coller sur une jolie branche d'arbre ? mais garder une déco automnale le reste de l'année ne me dit pas grand chose ... Les suspendre à cette fameuse branche ? oui, mais ça fait un peu bizarre, des glands et des feuilles qui pendouillent ...
Je sèche un peu, me disant que si ces idées ne me satisfont pas totalement, c'est que ce ne sont pas les bonnes et que peut-être pour l'année prochaine, je serais plus inspirée pour les mettre en valeur. Tant que je n'ai pas le déclic, je vais continuer à faire d'autres feuilles ...

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

En attendant de trouver des réponses, je vous souhaite une belle après-midi, à regarder virevolter les feuilles d'or et de cuivre.
A bientôt !!!

mardi 6 novembre 2018

Pour ne pas "glander" ...

... et pour continuer à utiliser les t-shirts trop petits de mes garçons, j'ai eu l'idée de ceci :

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Bon, je vous l'accorde, le jeu de mots du titre n'est pas très poétique, mais difficile d'être attrayant en parlant de gland ou de cupule n'est-ce pas ?

J'ai vu cette idée à de nombreuses reprises sur Pinterest et c'est très simple et rapide à faire. Pas besoin d'être couturière, il faut juste du fil pas forcément dans le ton du tissu car il ne se verra pas, une aiguille bien sûr, de la ouate mais du coton fera aussi bien l'affaire et des restes de tissu. Pour ma part, c'est des bouts de manches de t-shirts en jersey de coton et j'ai utilisé le côté envers pour deux raisons : la première est que les points de jersey étaient plus discrets et la seconde est que les couleurs étaient un peu plus éclatantes (vieux t-shirts oblige ...).

Je ne sais pas si cela pourrait vous aider si vous décidez de vous lancer dans cette petite couture, mais  je me suis rendue compte qu'il fallait couper un cercle environ 3 fois plus grand que celui de la cupule. Après, il suffit de faire des petits points avant tout autour, glisser de la ouate avant de resserrer les fils (quitte à refaire des points pour rejoindre les bords opposés), faire un nœud et glisser dans la cupule. Vous pouvez mettre un petit point de colle liquide au fond pour que le faux-gland ne tombe pas.

Si vous souhaitez coller sur des branches, c'est à dire cupule ou tige de gland sur le bois de la branche, il serait préférable d'utiliser de la colle forte car la simple colle liquide n'est pas assez puissante et j'ai perdu patience à cette étape-là. Donc, mea culpa car sur les photos, j'ai simplement poser mes cupules : je n'avais pas M. Asué et sa glu pour finir mon projet et plus de patience en stock !
propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Je me suis lancée aussi dans des feuilles toujours avec des petits bouts de tissu et je vais essayer de vous mettre un petit article jeudi.

Avant de terminer et d'aller faire un peu de cuisine, j'ai une petite question : Pourquoi aime-t-on tant l'automne ? est-ce pour ses couleurs sublimes ? tout simplement, ou est-ce que cette préférence pour l'automne est exacerbée par l'instinct de profiter avant la fin (la fin de la chaleur, du soleil, de la lumière ...) ? Je veux dire par là : est-ce qu'on aimerait autant cette saison si elle n'était pas juste avant l'hiver ? Est-ce qu'elle ne nous semblerait pas un peu plus fade si elle se trouvait avant l'été par exemple ?

Sur ce, à très bientôt ! et si vous n'avez pas de réponse à m'offrir, c'est pas grave, allons simplement danser sous les feuilles qui virevoltent !

jeudi 18 octobre 2018

Rendre à César pour Exister

Me revoilà enfin mais avec plus de retard que prévu. Entre un grand garçon clopinant, un petit garçon râleur et la venue intempestive de microbes mammouthesques, j'ai eu du mal à attraper le temps.

Aujourd'hui, tout semble rentrer dans l'ordre alors je vais en profiter pour vous parler de ce qui m'a aidé à réaliser mon protège-carnet. Je suppose que vous n'avez peut-être pas besoin de conseils en broderie ou couture mais je tiens à rendre à César ce qui lui appartient.

Tout d'abord, pour la broderie, j'ai simplement utilisé le point de chaînette qui n'est pas un point très difficile à réaliser mais sur ce site et dans cet article en particulier, j'ai appris des petits trucs qui rendent les détails mieux aboutis.

Ensuite, pour la conception du protège carnet, je souhaitais ne voir aucune couture et je me demandais bien comment faire les rabats sans ces fameuses coutures. J'ai trouvé une très bonne vidéo mais je ne l'avais pas sauvegardée ... ce qui fait que je ne la retrouve plus. Alors, je vous ai déniché une autre vidéo, toute aussi courte (seulement 2-3 minutes) et toute aussi explicative. Elle est ici.

En me servant de ces petites mais très précieuses aides, voici ce que j'ai pu faire :

Début de ma broderie où les conseils de "Stitch Floral" m'ont permis de faire un meilleur ouvrage :

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Pour les petites fleurs, juste mon imagination et quelques points arrière ...

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Pour les tissus : lin gris foncé (ancien pantalon d'été) pour l'extérieur et drap blanc (récup là aussi) pour l'intérieur. J'ai fais très basique pour la doublure intérieure car elle ne se voit absolument pas ... pragmatisme, quand tu nous tiens !

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Enfin, mes petites coutures qui ne se voient pas ! Pour ma part, j'ai fais des rabats de 6 cm mais dans la vidéo, elles sont plus petites.

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Voilà, c'est très très simple, pas de quoi fouetter un chat - d'ailleurs qui le voudrait ... ? Je ne sais pas si ces sources pour la réalisation vous seront utiles, mais on ne sait jamais ; et si je retombe sur la fameuse vidéo non enregistrée, je vous la montrerai car je la trouvais encore plus simple que celle dont je parle plus haut.

Maintenant, je vais terminer mon petit papotage car j'ai un autre projet en cours qui m'attend à la cuisine. Mais ne prenez pas ces derniers mots pour un indice car je couds souvent à la cuisine. Ah là, ça c'est un indice !!!

A bientôt et comme je me sens déjà en début de week-end bien qu'on soit seulement jeudi, je vous souhaite quand même un bon week-end !!!

jeudi 11 octobre 2018

Exister dans un carnet

Il y a plusieurs mois, j'ai eu une idée de projet. Rien de bien palpitant, rien de bien nouveau puisqu'il s'agit en fait d'un protège-carnet. "Juste deux bouts de tissus, quelques brins de fil et hop", me diriez-vous. Oui, vous auriez raison, sauf que vous auriez tort aussi.
C'était plus difficile que quelques points de couture et de broderie jetés ça et là parce qu'il est très personnel : l'idée m'était venue à un moment particulier où j'avais besoin de quelque chose pour avancer. Et ce quelque chose, j'ai eu besoin de le matérialiser, de lui donner vie sous mes hésitations brodesques et ensuite pouvoir me le chuchoter à chaque fois que tout semble vaciller.

Ce mot, c'est :
propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Oui : "exister".

Parce qu'il y a "être" et parce qu'il y a aussi "vivre" mais aussi et surtout parce que ce n'est pas assez. Un peu comme s'il manquait une troisième dimension, un volume nécessaire pour se sentir complète.

Etre, c'est mon état, ce que je suis tout simplement, et le raccourci à "la fille de ...", "la femme de ...", "la maman de ..." est tellement utilisé, que j'en oublierais parfois que je "suis" simplement moi sans l'aide de quelqu'un d'autre.

Vivre, pour moi, c'est la manière. Simplement, discrètement, ... Cela complète mais ne définit pas ni ne finit.

Exister, ça c'est un mot qui donne de la profondeur. C'est rendre important ce qu'il y a à l'intérieur, lui donner de la place, de la couleur et de la voix. Une forme de résilience peut-être aussi ...

J'ai passé beaucoup de temps à imaginer la calligraphie, la courbure, le tracé des lettres qui se nichent et s'enroulent sans s'entrechoquer. Ensuite, faire des essais et avec beaucoup d'appréhension, se lancer dans la réalisation.
Le résultat le voici :

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Pour les détails et les aides dont j'ai eu besoin pour le créer, je vous en parlerai dans un autre article, promis. Demain peut-être.
Mais là, j'ai envie de rester sur de la réflexion, alors je  préfère vous laisser méditer sur l'existence. Peut-être pourriez-vous me donner votre définition de "exister" ? ...

A bientôt !

mardi 2 octobre 2018

Oust ou housse ? Telle est la question

Aujourd'hui, je pense que ce sera un petit article car je suis très prise par de nouveaux compagnons un peu encombrants : des microbes gros comme des mammouths laineux ... Ils sont à la maison depuis déjà quelques temps ; ils ont commencé par envahir d'abord mon Grand Asué, puis la semaine dernière cela a été au tour de Petit Asué de les héberger. Et depuis hier soir, j'ai l'impression fâcheuse qu'ils ont décidé de rester avec moi ...

Mais je vais tenter de les ignorer et vous parler d'une petite cousette que j'avais fait en cachette en juin pour mon grand garçon. Comme il a eu son premier diplôme (avec la super grosse mention qui va avec et qu'il n'espérait même pas !), il a eu en cadeau son premier téléphone portable. Au lieu d'acheter une housse, j'ai préféré penser famille : ancien téléphone de Pôpa + vieux pantalon de Petit Frère + k-way trop court de toujours Petit Frère + chute de sweat de encore et toujours Petit Frère + bobines et tites mimines de Môman =

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Elle ne casse certainement pas des briques cette housse mais pour nous, c'est un peu de chacun de nous pour tenir compagnie à notre Grand Asué qui part 12 heures par jour pour sa nouvelle école. D'ailleurs, on devrait faire un petit temps d'adaptation dans les écoles (maternelles comme lycées) pour que les tites mômans se fassent doucement à l'idée de la séparation. Parce que nous, en plus, on n'a pas de doudous pour faire la transition !!!

Enfin, bref, revenons à nos moutons : j'ai beaucoup aimé l'idée du tissu imperméable. Je l'ai mis à l'intérieur car ce vert Kawa (hommage à M. Asué en même temps) est un peu trop flashy pour mon grand garçon qui ne jure que par les camaïeux de noirs et éventuellement de gris. Il se coud comme du tissu standard et je pense qu'avec ce qui me reste, je serai bien tentée de l'utiliser pour une pochette pour mettre les pansements, crème et antiseptiques lors des balades en forêt. Une sorte de trousse de premiers soins en quelque sorte. L'idéal serait en rouge mais je vais devoir faire avec du vert ...

Entre les épaisseurs de tissus, j'ai mis une chute de sweat qui avait survécu à l'épreuve de la tortue pour apporter un peu d'amorti.

Bon, j'aimerai bien continuer à tapoter mon clavier mais je ne vais pas pouvoir m'attarder trop car ma tête est un tambour et mon nez une trompette. Je vais terminer ici pour mieux revenir bientôt avec une autre petite couturette. Encore, oui mais cette fois-ci, elle a été pour moi ; alors rien que pour ça, j'espère que mes mammouths laineux auront un peu de compassion et partiront vers des horizons lointains, très lointains ... mais pas vers chez vous, promis !

A bientôt !!

jeudi 27 septembre 2018

Comment faire deux t-shirts avec ... deux t-shirts ?

Question absurde ? oui, à première vue. Mais avant de cliquer sur la petite croix rouge en haut à droite de votre écran, laissez-moi vous raconter où je veux en venir.
Vous êtes encore là ? alors merci.
Pour la fête de fin d'année de mon Petit Asué, le thème était les pays du monde participants à la coupe de monde de foot. Chaque enfant devait décorer sa tenue aux couleurs d'un pays et Petit Asué a choisi la Russie.
Je n'avais pas trop de temps, en fait juste un week-end alors j'ai cherché la simplicité : j'ai acheté deux t-shirts, l'un tout blanc, l'autre tout bleu et je les ai coupé au niveau du buste avant de recoudre le haut de l'un avec le bas de l'autre. Ainsi, il s'est retrouvé avec un t-shirt blanc-bleu et assorti avec un short rouge qu'il avait déjà, il était fin prêt pour représenter dignement ce pays qu'il aime tant.

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

Comme les t-shirts n'étaient pas du même modèle, j'ai dû recouper pour réajuster le t-shirt bleu au t-shirt blanc légèrement plus étroit. Ce n'était pas compliqué, juste un peu long car j'ai tout fait à la main.

Ensuite, il a fallu agrémenter le chapeau aux couleurs de la Russie. J'ai sacrifié un de mes t-shirts car il était rouge et que je ne le mettais jamais pour en faire des bandes que j'ai cousu partout sur la chapeau. Au début, je n'avais cousu que la longue bande et je trouvais qu'il était très élégant, mais la maîtresse voulait plus de drapeaux, de couleurs et chaque soir, Petit Asué revenait avec son chapeau pour que je rajoute des drapeaux sur les côtés, puis sur le dessus. Maintenant, je crois qu'on devine bien qu'il représente la Russie ! N'est-ce pas ?

propriété exclusive de www.assisesuruneetagere.blogspot.com

propriété exclusive de www.assisesurneetagere.blogspot.com

Et ensuite, j'ai pris le temps de recoudre ensemble les deux moitiés qui me restaient. Un bel hasard car il me restait un haut bleu et un bas blanc, donc ... le début du drapeau français. On rajoute toujours le même short rouge et vive la France !!! Petit Asué était très content d'avoir ses propres tenues pour supporter ses deux pays pendant la coupe du monde et comme ils ne sont pas typiquement foot, il peut les mettre au quotidien.

Pour terminer, sachez que le t-shirt rouge a encore de belles aventures à vivre, car en ce moment même, une partie de lui, découpée en forme de croix, se retrouve cousue sur la blouse de sciences de mon Grand Asué pour la fête de son école : chaque classe joue une sorte de mini pièce de théâtre et il est déguisé en médecin intervenant sur un simulacre de match de foot pour soigner un faux-blessé ; un peu comme dans certains vrais matches d'ailleurs ... Le plus drôle est que leur professeur titulaire a pris le rôle de la mascotte d'une équipe et il sera déguisé en ... hot-dog !!!

Voilà. J'ai d'autres petites choses à vous montrer dont une que j'ai faite pour Grand Asué et une autre qui me tient à cœur et où j'y ai mis beaucoup de moi-même. Mais en attendant, il est temps pour moi de terminer ici en vous souhaitant une belle après-midi sous ce si beau soleil.
A bientôt !